• Contactez-moi

    Thanks!

    Merci, je vous répondrais rapidement !

    Required fields not completed correctly.

Lexique de cartomagie (Article de Jojo)

Lexique de cartomagie (Article de Jojo)

Ce lexique a pour but d’aider à la bonne compréhension des termes employés dans le milieu de la magie des cartes. Chaque art, chaque science à son propre code, ses propres mots, et des sens qui s’y rattachent. La magie ne fait pas exception à la règle, et vous pourrez retrouver ici quelques termes fréquemment usités dans les conversations entre cartomagiciens.

Ce lexique n’a pas pour but d’être exhaustif (cela constituant une tâche quasi impossible), mais plus d’être une porte d’entrée par le vocabulaire dans le monde de la cartomagie. Celui-ci est soumis à la subjectif de l’auteur, et peut par conséquent être discuté.

Pour la définition ou alors une visualisation plus précise de certains termes, le lecteur est invité à se reporter aux vidéos du site, détaillant et présentant le ou les mouvements. N’hésitez également pas à utiliser la fonction « rechercher » de votre navigateur (Ctrl + F) afin de trouver aisément le terme que vous souhaitez définir. En effet, certains mots sont inclus sous une définition plus large, et ne possède pas leur propre entrée dans ce lexique.

Note : Les descriptions ou définitions sont du point de vue des droitiers, représentant la majorité de la population. Pour les gauchers, il s’agit d’inverser les descriptions, la main gauche devenant la droite, et inversement.

 

Arrangement : une ou un petit groupe de carte est classés en amont de la réalisation du tour, et se trouve à un endroit connu du paquet par le magicien. Ces arrangements ou pré-arrangement peuvent se retrouver sous les termes de bloc, montage, ou encore de stock (anglicisme).

Biddle (tenue …) : Du nom de son inventeur, il s’agit d’une tenue du jeu en main droite, allant de pair avec la classique position de la donne, en main gauche.

Boniment : « Propos à l’adresse du public destiné à vanter un spectacle, une marchandise »  Définition du Larousse en ligne, www.larousse.fr, consulté le 24/07/2014 . En magie le boniment désigne le discours accompagnant le tour. Celui-ci ne doit pas être trop descriptif, donner un support agréable pour le magicien et pour le spectateur, afin de tenir concentré ce dernier pour la ou les révélations finales (le climax). De plus, le boniment peut avoir une fonction de détournement d’attention, voire de parenthèse d’oubli  Terme que l’on retrouve dans la théorie ascanienne (du magicien espagnol, Ascanio), non détaillé dans le présent lexique.
(càd oublier une action précise qui pourrait nuire à la révélation finale) pour le public.

Boucle : La ou les dernières cartes du paquet se retrouve légèrement courbées dans la main gauche du magicien. Cette action se réalise principalement par l’index ou le majeur de la main gauche et peut servir par exemple à prendre un break en dessous du paquet.

Break : C’est surement un des termes les plus usités en cartomagie. C’est un anglicisme très largement répandu que l’on connaît en français sous le nom de brisure. Il s’agit de marquer dans le paquet une position en incluant entre les cartes un peu de la chair d’un doigt. Cette dernière doit être discrète et non perceptible par le spectateur. Si le paquet est en position de la donne, en main gauche, c’est généralement le petit doigt qui marque cette brisure, ce break.

Brisure : Voir Break.

Cartomagie : Union entre les termes « cartes » et « magie ». Ce mot signifie littéralement magie des cartes et est fortement usité dans le monde de la prestidigitation, en particulier celui du close-up (magie de proximité) où la manipulation de carte trouve tout son sens.

Change : Action de changer une carte en une autre. Quand le terme de change est employé, cela désigne majoritairement une transformation visuelle d’une carte en une autre.

Climax : Apothéose d’un tour, point culminant d’un effet. Un tour de carte est souvent pensé avec des effets croissants, afin d’atteindre ce fameux climax. C’est le final du tour de prestidigitation.

Close-up : Ce terme désigne la magie de proximité, soit l’art de réaliser des tours à une distance réduite de son ou ses spectateurs. On peut se représenter le close-up comme un magicien assis à une table, avec des spectateurs tout autour. L’action se déroulant alors devant le magicien, sur un tapis de carte par exemple.

Comptage : « Le comptage concerne les manières particulières de compter un petit paquet de cartes »  Wikipédia fr., www.wikipedia.org, article « cartomagie » consulté le 24/07/2014 . Un vrai comptage peut être réalisé, avec le pouce ou le petit doigt, permettant de prendre un break en dessous d’un certain nombre de carte. Un faux comptage sera l’art de, par exemple, compter quatre cartes alors que le magicien en tient cinq ou six en main.

Coupe : La coupe vient souvent en complément du mélange, et désigne l’action de séparer le paquet en plusieurs sous paquet afin de disperser l’ordre initial. Comme pour les mélanges les fausses coupes permettent de donner l’illusion de cette action.

Crimp : voir pliure.

Cull ou culling (ang.) : Ce mouvement a pour but d’amener une carte à un endroit précis, tandis que le jeu est étalé en ruban dans les mains du magicien, ouvert vers le spectateur. Sous la couverture d’un geste ouvert, c’est une action redoutable qui a des visées de contrôle d’une ou de plusieurs cartes (contrôle sous l’étalement).

Deck : Voir Jeu.

Détournement d’attention : Action de diriger l’attention des spectateurs vers un endroit x afin de réaliser secrètement une manipulation. C’est une diversion, une dissimulation. Ce détournement de l’attention est principalement physique (un geste attirant le regard du spectateur) mais peut être aussi oral, où le magicien détourne par un habile boniment l’attention du spectateur. Le détournement d’attention est complexe, plurielle, et est une clef de voute de la prestidigitation. Le terme misdirection (ang.) est parfois employé.

Donne/Deal (ang.) : Action de distribuer les cartes. C’est un vocabulaire issu du monde des joueurs, où la cartomagie peut intervenir dans sa déclinaison manipulation de cartes. En effet, le monde des tricheurs n’est alors pas loin, on parle alors de fausses donnes. Quelques exemples :

  • Donne double : action de distribuer plusieurs cartes en donnant l’illusion qu’une seule carte est déposée.
  • Donne en second : action de distribuer la seconde carte du paquet (ou plus : donne troisième, donne quatrième,…).
  • Donne du dessous : action de distribuer la carte du dessous du paquet.

Donne (position de la …) : C’est la tenue de base où le paquet est dans la main gauche du magicien, les cartes étant prête à être distribuées (données, deal).

Empalmage : « Escamotage d’un objet (carte, boule, pièce) dans la paume de la main… »  Dictionnaire Larousse, Ibid. . L’empalmage n’est pas toujours dans la paume de la main, par exemple l’empalmage à l’italienne qui se fait entre le pouce et l’index.

Etalement : Les cartes sont présentées en arc de cercle dans les mains du magicien, afin que le spectateur puisse avoir une vision large du jeu et, par exemple, en choisir une carte. L’étalement peut également se faire sur table, l’on parle alors plus largement de ruban. Le terme anglais spread est répandu.

Faro (mélange…) : Le mélange Faro, Pharaon, ou encore mélange parfait, permet une imbrication des cartes de façon parfaitement régulière. Le paquet est partagé en deux parties égales qui sont mélangées de façon parfaite, permettant un entrelacement régulier et exact des cartes.

Filage : Echange secret d’une carte en une autre. Certains filages sont regroupés comme change (ang. puis fr.), car ils permettent de substituer une carte en une autre.

Glissage : Souvent sur le dessous du paquet, une carte est décalée secrètement afin de permettre à l’opérateur de prendre entre ses doigts la précédente.

Gimmick : Parler de gimmick en magie sous-entend un objet (une carte par exemple) truqué, permettant la réalisation de certains effets spécifiques. Le gimmick peut, en cartomagie, être une carte truquée (à double dos par exemple, pour un gimmick très simple) aussi bien que tout un paquet (jeu radio ou svengali par exemple). Nous ne rentrerons pas ici dans une liste de ces différents objets.

Fioritures : Ornement ayant pour but la beauté de la réalisation. Si la fioriture peut parfois servir comme action dissimulant une manipulation, elle n’est souvent là que le beau. On y retrouve les éventails, les accordéons (spring (ang.)), voire les rubans, etc. On peut aussi inclure dans cette catégorie le XCM.

Jeu : Ce terme désigne généralement un ensemble. En cartomagie, c’est son sens le plus usuel qui est retenu : le paquet de carte dans son entièreté. On retrouve également l’anglais Deck.

Levée double : Deux cartes du jeu sont présentées et retournées comme une seule. C’est une technique centrale en cartomagie, offrant d’infinies possibilités. Les levées peuvent également être triple (trois cartes), voire quadruple (quatre carte), et l’on s’accorde à dire que la manipulation serait trop visible au-delà de ce nombre.

Mélange : Le but de la manœuvre est, par une manière ou une autre, de classer les cartes selon un ordre inconnu et aléatoire. Quand cela n’est pas respecté alors que le mouvement est exécuté, on parle de faux mélange. Les mélanges les plus courants sont :

Pliure : « plier une ou plusieurs cartes, afin de les localiser ou de les distinguer plus facilement »  S.W. Erdnase, L’expert à la table de jeux, 2012 (trad. P. Kimberley – ebook) p.22 . La carte ainsi pliée peut être aussi bien être celle choisie par le spectateur, qu’une carte faisant office de repère visuel (carte clef). On parle aussi de carte cornée, ou de corne.

Routine : On utilise souvent ce terme comme synonyme d’un tour de cartes. Plus précisément, on peut considérer la routine comme l’addition de plusieurs effets servant un but global, accompagnée d’un boniment.

Saille (jog) : Ce terme désigne littéralement « une carte qui sort en saillie […] du jeu […] afin de marquer la position d’une ou plusieurs cartes »  S.W. Erdnase, Ibid., p.20 . Celle-ci peut être interne (vers le magicien) ou externe (vers le spectateur), voire parfois latérale (sur un des cotés du paquet). On peut aussi parler de décalage de cartes. Le terme jog (ang.) est parfois employé.

Saut de coupe : « Le fait de remettre les deux parties du jeu dans les positions qu’elles occupaient avant la coupe »  S.W. Erdnase, Ibid., p.20 . Cette manœuvre d’échange des deux paquets peut également permettre de contrôler, par exemple, une carte choisie par le spectateur. Egalement, le demi-saut de coupe est l’action qui permet de retourner invisiblement une moitié du paquet face en l’air. En anglais on parle de pass ou de shift, avec une utilisation très courante du terme classic pass pour désigner le saut de coupe classique.

XCM : eXtrem Cards Manipulation. Il s’agit de réaliser, avec des cartes, des fioritures de hautes volées. Cela peut s’apparenter à une forme de jonglage, une démonstration d’agilité. On retrouve aussi le terme de Cardistry.  L’article « cartomagie » sur Wikipedia (op. cit.) fait une distinction entre Cardistry et XCM et semble donner plus de précision. Il faut savoir que ces deux notions sont discutées, quant à leur définition.

Pour aller plus loin, quelques sources :

Bibliographie

  • La technique moderne aux cartes, J. Hugard, F. Braue, Slatkine Reprints, 2011. Lexique pp.11-12.
  • Cours de cartomagie moderne (classeur), R. Giobbi, Magix, Ed. du spectacle, Strasbourg, tome.1 1994, t. 2 1996, t. 3 2005.
  • L’expert à la table de jeux (ebook), S.W. Erdnase, – (titre original : Expert at the card table, 1902 – trad. Peter Kimberley). Termes techniques, pp.20-22

 

Webographie